Bordeaux sous les tropiques

tropicales-sofilm-bordeaux-darwin-utopia

Le magazine Sofilm vient défendre le 7e art au cœur de la capitale girondine © DR

Nous avions déjà le Fifib (Festival international du film indépendant de Bordeaux). Ce jeudi, « Sofilm », l’un des magazines références des amoureux du 7e art, vient poser ses valises dans la capitale girondine avec ses “Tropicales”. Jusqu’à dimanche, ce festival, qui s’intègre à la saison “Paysages”, vient faire monter le mercure, en partenariat avec Darwin et l’Utopia. Quoi de plus logique que le choix de ces lieux, fervents défenseurs de la culture indépendante ?

Pour frapper un grand coup, les programmateurs des « Tropicales » ont choisi de projeter « Okja » en ouverture. Le long-métrage de Bong Joon-ho, produit par la plateforme de streaming Netflix, avait fait scandale lors du dernier Festival de Cannes où il avait été accueilli sous les sifflets. En cause, un problème de réglementation. Malgré l’appel au boycott de plusieurs directeurs de cinéma, deux séances auront lieu ce jeudi 6 juillet. La première à 20h à l’Utopia, la seconde, gratuite, à 22h30, en plein air à Darwin. Les spectateurs pourront assister à deux autres projections en entrée libre à la Caserne Niel, celles de « The king of New-York », d’Abel Ferrera, et « OSS 117, Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius. Les deux réalisateurs seront présents lors de ces séances à ciel ouvert.

Le festival sera rythmé par des projections de films en avant-première, dont bon nombre ont fait vibrer la Croisette au mois de mai. Le public pourra ainsi voir « The Square », de Ruben Östlund, Palme d’or, avant sa sortie nationale le 18 octobre prochain. La séance de « 120 battements par minutes » de Robin Campillo, Grand prix du jury, sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur. Sofilm laissera carte blanche à des personnalités du monde du cinéma, qui seront invitées à présenter le film de leur choix. Gilbert Melki introduira « Mean Streets » de Martin Scorsese (1976), Michel Hazanavicius proposera « Une vie difficile » de Dino Risi (1961). Quant à Louis Garrel, il a choisi « Le départ » de Jerzy Skolimowski (1967). Des courts-métrages de polar bordelais seront présentés demain à la Halle des douves. « Barbara », le dernier film de Mathieu Amalric, biopic de la célèbre chanteuse, présenté au Festival de Cannes, servira de clap de fin aux « Tropicales » de Sofilm.

Et puisque le cinéma ne se résume pas à quelques belles images sur grand écran, les festivaliers pourront également assister à des lectures de nouvelles – des polars qui feront potentiellement l’objet d’une adaptation cinématographique, ou vivre des soirées folles à Darwin, entre DJ set, apéros, barbecues et ciné-karaoké… Une programmation éclectique, atypique mais soignée qui rassemblera tous les publics sous les tropiques bordelais. « Et si le ciel n’est pas clément, tant pis pour la météo… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s